Le grand raid entre Adrâr et Tagant

Ce grand raid en voiture nous entraine dans les deux plus belles régions de Mauritanie. Ce voyage est un trait d'union entre le Sahara et le Sahel.
En venant de l’ouest, après avoir franchi les regs infinis soulignés de ruban de sable de l’Inchiri, puis les massifs épars de l’Amsaga, l’Adrâr mauritanien se singularise par de hautes falaises abruptes qui s’étalent entre la Kediet ej Jill, au nord, jusqu’à la dépression du Khatt méridional, au sud, sur près de 600 km.
La série de plateaux gréseux (grès quartziques) appartient à l’extrémité sud-ouest du bassin d’Arawane-Taoudeni.
A l’est le plateau se perd sous les puissantes dunes de la Maghteir et de l'erg Wârane.
Le Tagant est une terre de contrastes : Sahel et Sahara à la fois. C'est une région montagneuse située au centre de la Mauritanie. La véritable prononciation, celle des autochtones, est d'ailleurs : Taganet.
Moins compacte que l'Adrar, le Tagant est formé d'un ensemble de plateaux gréseux de 100 à 450 m d'altitude, plus élevés dans le sud du massif, et séparés les uns des autres par des vallées en gorge ou largement ouvertes, dans lesquelles sont établies de petites oasis avec leurs palmeraies.

Ce voyage est d'un niveau de difficulté facile. En cliquant sur le lien, vous trouverez tous les niveaux de difficulté de nos voyages.

Jour 1. De Paris à Atar

Aéroport de Paris - Atar
  • Départ de Paris (vol charter). Le décollage est prévu en début d'après-midi pour une arrivée à Atar en fin de journée.
    A Atar, un repas et un hébergement est prévu dans une auberge au confort simple et agréable.

Jour 2. La sebkha Chemchan et l'inselberg d'Aderg

Atar - Aderg
  • Plein Est, nous longeons la falaise principale de l'Adrâr. La sebkha Chemchane forme une vaste dépression que nous appelons le baten (ventre).
    Ce long couloir nous emmène aux puits de Naïtiri.
    L'inselberg d'Aderg se dresse au dessus des dunes de l'erg Maghteir.

Jour 3. Entre l'erg Maghteir et El Beyyed

Aderg - El Beyyed
  • L'erg Makhteir fait parti de ces puissants massif de dunes courant de l'ouest algérien, à l'ouest de la Saoura jusqu'aux rivages de l'Atlantique.
    Naissant sous le nom général d'Erg Chech, il finit sa course dans l'océan sous le nom d'Azefal.
    Un cap du plateau de l'Adrar se dresse comme une proue de navire, le tarf Tazazmout. Il marque l'entrée du couloir menant à un haut lieu du Sahara mauritanien, El Beyyed.
  • Le couloir d’El Beyyed présente, sur près de 20km en direction d’El Ghallaouiyya, une quantité considérable de matériel lithique. La région offre quelques-uns des principaux sites à bifaces et galets aménagés de l’ouest saharien. Les multiples sites d’art rupestre représentent ici des échantillons de faune dite « éthiopienne » comme girafes, éléphants, rhinocéros … Cette faune aurait disparue de la zone il y a environ 10 000 à 12 000 ans. El Beyyed se trouve au pied du grand dhar de l’Adrâr et, au nord, se développe un erg immense et puissant : la Maghteïr.

Jour 4. Le plateau oriental de l'Adrar et le Guelb Er Richat

El Beyyed - Guelb Er Rîchat (Camp Boisé)
  • Par une piste très cassante, nous montons sur le plateau de l'Adrâr oriental. Un crochet à l'ouest permet d'aller admirer un des plus beaux sites pariétales de l'Adrâr à la tête d'Ouan an Amourt. Des centaines de bovidés gravés ... et, avec de la chance ... une montre pendue à la branche d'un petit acacia ...
    Le plateau d'Azilal a été par le passé un grand territoire de chasse à la gazelle, voir l'addax aujourd'hui complètement disparues.
    La boutonnière du Taguenze s'ouvre sur le Guelb Er Richat et après avoir traversé ce grand reg rocheux, nous atteignons les premiers bombements des Rîchat.
  • Le dôme arasé du Guelb Er Richât, qui apparaît au cours du secondaire, se situe aux confins des noires montagnes de l’Adrâr mauritanien, à l’ouest, et des plates immensités de cailloux, de dalles rocheuses et de dunes du bassin de Taoudenni, à l’est.
    L’étrange système de crêtes concentriques des Richât est si imposant qu’il apparaît aujourd’hui sur toutes les cartes, même à petite échelle.
    Richât est le pluriel de richa (plume), un terme qui dit bien l’allure de ses crêtes dont les flancs sous le vent sont zébrés de langues de sable et qui dominent les profonds plats où paissent chèvres et chameaux… quand, par chance, il a plu.
    A cause de sa taille même, il n’a été révélé que fort tard, par le professeur Théodore Monod en 1934.
    En effet nul, qu’il vienne des rêches plateaux du nord ou des dunes de la Majabat Al Koubra (Monod, 1958), au sud et au sud-est, ne pourrait imaginer que ces crêtes basses soient organisées en un système concentrique aussi parfait, vaguement elliptique de 22 km et 25 km de diamètre, surgissant d’une boutonnière de 45 km, le Taguenzé, ouverte dans le plateau gréseux.

Jour 5. Wadâne, Tin Labbe et Meyateg

Guelb Er Rîchat (Camp Boisé) - Wadane
  • Nous sortons des différents cercles des Rîchat en direction du sud, d'hassi Thiba et les traces de l'ancien fort portugais d'Aguadir. Les forêts sahariennes sont relativement développées à cet endroit. En plongeons vers les sables, les palmeraies de Meyateg survivent difficilement.
    Nous atteignons Wadane et la très belle vallée de Tin Labbe.
  • Le ksar de Wadâne, (Ouadâne) qui a été fondée, dit-on, la même année que Tichîtt (1141), tiendrait son nom du mot arabe signifiant «deux lits de rivières» (wadân). Les précisions selon lesquelles ces deux oueds seraient l’oued des dattes et l’oued des sciences sont tout à l’honneur de la cité.
    L'ancienne cité est mentionnée par écrit au milieu du XVème siècle dans un rapport de voyage portugais mais il reste difficile de se faire une idée précise des début de la cité malgré sa position sur l’axe occidental du trafic caravanier transsaharien.
    Wadâne est un centre urbain dense, de type ksourien, autrefois entouré d’une enceinte fortifiée très sûre qui résista à toutes les forces étrangères jusqu’à l’arrivée des Français.
    Les tribus dominantes sont les Kounta, les Ida ou El Hadj, les Chorfa, les Amgârîj et les Aghzazir.

Jour 6. Tanouchert, le méga cordon d'Herour et El Kheouiya

Wadane - El Kheouiya
  • Nous longeons maintenant l'erg Warane qui court sur le plateau de l'Adrâr depuis les confins orientaux. Il marque la frontière difficilement franchissable en voiture de l'immense espace vide, la Majabat Al Koubra.
    La palmeraie de Tanouchert blottie dans son écrin de dunes traverse les Siècles en gardant un certain lustre.
    A l'ouest, le mega cordon gréseux d'Herour se faufile au coeur des dunes. Comme le massif de Zarga, Herour a une histoire géomorphologique passionnante.
    Nous gagnons le campement semi-nomade d'El Kheouiya. Etabli sur les rives d'un oued majeur, nos hôtes ont marqué notre histoire.
  • Le campement semi-nomade d'El Kheouiya est fixé là pendant les grandes sécheresses. Le campement, depuis quelques années, s’organise : développement de l’élevage de caprins et camélidés (de 2 chamelles en 1993, voilà actuellement un troupeau de plus de 70 animaux), création d’une école en 1994, naissance d’une petite palmeraie associée à des jardins en 1999 et, maintenant, lquelques habitats en dur.
    «Mais nous, nous restons sous la tente» nous assure Atfeil, le chef des lieux …
    Les liens que nous entretenons avec les différentes familles du campement sont étroits et grandement amicaux.

Jour 7. Erg Warane et Zarga, passage à Chinguetti

El Kheouiya - Chinguetti
  • Par les sables, plein ouest, nous mettons le cap sur l'ancienne cité caravanière de Chinguetti. L'oued Chinguetti, en aval de la ville, est couvert d'arbres, la vie y est intense. Nous passons dans la ville pour le déjeuner. Malheureusement, l'urbanisation effrénée et non maitrisée a cassé le cachet traditionnel de la ville.
  • Chinguetti fut fondée par les Ida Ouali vers 1525, en amont d’Abweyr, aujourd’hui disparue, elle même créée en 1261.
    L’étymologie probable du toponyme shingitî serait : puits du cheval, du soninké : si : puits + n : de + gede : cheval.
    Chinguetti fut le centre commercial le plus actif et la ville la plus importante du Sahara occidental. Elle fut considérée par les Mauritaniens comme la 7ème ville sainte de l’Islam avec ses 11 mosquées, ses 100 puits et son cercle de savants.
    En 1675, un massacre perpétré par une partie des Ida-ou-Ali entraîna l’éclatement du groupe dont les survivants fondèrent un autre ksar dans le Tagant : Tidjikja.
    Il ne reste aujourd’hui qu’une seule mosquée et le souvenir des périodes prospères…
    Les principales tribus qui composent sa population sont les Ida-ou-Ali, les Laghlal et les Oulad Gheilan.
    Avec leurs ruelles étroites et tortueuses, leurs nombreuses impasses, leurs maisons basses et sombres à base de matériaux locaux, leurs quasi-absence de places et d’espaces communautaires, Chinguetti et Wadâne ont une structure de vieux ksour densément blottis autour de leurs mosquées.
Chinguetti - Zarga
  • Par le sable mou de l'oued Chinguetti nous atteignons la langue occidentale de l'erg Warane. Quelques champs de barkanes se développent maintenant sur le plateau de grès.
    Le méga-cordon de Zarga nous barre la piste et dresse ses roches érodées noyées dans les sables.

Jour 8. Entre Adrâr et Tagant

Zarga - Rachid
  • En quittant le petit massif montagneux de Zarga, nous passons à proximité du cratère météoritique d'Aoueloul. Nous rejoignons la nouvelle route à la hauteur d'Aïn Safra. Elle nous emmène rapidement dans le nord du Tagant après avoir franchi la dépression d'El Khatt.
    Nous arrivons à Rachid entre palmiers et gueltas.
  • Rachid a été créée au début du XVIIIème siècle par l'importante tribu des Kounta.
    L'ancienne cité, détruite plusieurs fois au cours des siècles passés, est en ruine. Depuis 1968, un nouveau village s'érige de l'autre côté de l'oued.

Jour 9. L'est du Tagant, singes et baobabs

Rachid - Tidjikja
  • Nous trouvons les premiers palmiers doum, marqueur climatique important. Nous poursuivons notre route en direction de Tidjikja.
  • Tidjikja est la capitale de la région. Elle aurait été créée au XVIIème siècle par les Ida-ou-Ali venus de l'Adrar.
    Comme Chinguetti, elle a été un centre religieux, mais de moindre importance.
Tidjikja - El Ghediyya
  • Nous poursuivons notre piste en direction de Megsem Bou Bkar. Ce lieu est chargé d'histoire et il est aussi important pour l'entité mauritanienne.
    Nous sommes sur la barrière orientale du Tagant, à l'est, l'erg Aouker s'entend à perte de vue. Beaucoup de villages néolithiques, tombeaux et peintures dans que l'on monte à pied sur les massifs rocheux.
    Dans une faille orientée ouest-est, un baobab subsiste très au nord de l'aire de répartition actuelle. Nous posons le bivouac non loin du village d'El Gheddiya.

Jour 10. Transept d'est en ouest, la Tamourt en Najje, N'Beika

El Ghediyya - N'Beika
  • N'Beika, à 20 km de Moudjéria, se situe rive droite de la vallée de la Tamourt et occupe un site splendide entre dunes et rochers.
  • La faune est importante dans le Tagant, bien que souvent nocturne.
    Carnivores : hyènes rayées, chacals (dont on entend souvent le glapissement au cours de la nuit), renards, fennecs, chats sauvages (Felis sylvestris). Notons que le guépard n’a disparu que depuis les années 60 ou 70.
    Rongeurs : lièvres, écureuils, goundis, gerboises et gerbilles. Notons aussi leurs voisins les damans.
    Animaux divers : porcs-épics (Hystrix cristata), hérissons, singes (patas et cynocéphales).
    Les gazelles sont rares car elles sont décimées par la chasse. On remarque de temps en temps leurs traces (région de dunes et de plateaux du secteur de Er Roueissat).
    Reptiles : couleuvres diverses (Moïla, Schockari), vipères (Vipera cerastes, vipère des sables et Cerastes cerastes, vipère à cornes), reptiles divers dont de nombreux dobs (Uromastix), agames et varans.
    Les scorpions peuvent être fréquents, surtout aux périodes chaudes.
    Les oiseaux sont relativement abondants : corbeaux, faucons, hibous, tourterelles, guêpiers, ainsi qu'un grand nombre de passereaux européens ou africains, au plumage souvent très coloré.
    Certaines gueltas abritent des poissons comme le Clarias ou poisson-chat.
    Quelques-unes, plus importantes, telle celle de Matmata proche N'Beika, dans le sud-ouest du Tagant, cachent encore quelques crocodiles.
  • Le secteur est très intéressant et nous ne manquerons pas d'aller, vers le sud, marcher vers les petits sommets caractéristiques. Beaucoup de gueltas ou les singes viennent boire. Nous reprenons la piste en direction d'Igavan.
    Nous arrivons en fin de journée à N'Beika, sur les bordures de la Tamourt n'Najj.

Jour 11. Des crocodiles, des babouins et une cité ancienne

N'Beika - Matmata
  • L'objectif est d'aller aux gueltas de Matmata à pied après un court transfert en voiture. L'observation de crocodiles du Nil est possible. Nous y consacrons du temps car les différents sites sont très intéressants.
Matmata - Ksar El Barka
  • Nous revenons à N'Beika en passant par la Tamourt Bouraga. Il est possible d'observer, sur le plan d'eau, une multitude d'oiseaux.
    La piste nous emmène vers Ksar El Barka dans le nord-ouest du Tagant.
  • Ksar el Barka (1690), comme Rachid (1723) sont les ksour fondés dans le Tagant par les Kounta en relation avec le Touat (Algérie).
    Les Kounta forment une tribu qui se dit à la fois d’origine arabe et sanhaja, gardiens de l’orthodoxie islamique et propagateurs de la voie Kadriyya Bekkaiyya. Leurs haratines cultivent les palmeraies tandis qu’eux-mêmes sont d’actifs commerçants caravaniers.

Jour 12. Les grands espaces entre Tagant et Adrar

Ksar El Barka - Aouinet Et Tiliski
  • Nous laissons derrière nous la grande zone d'épandage de Yagref et la Tamourt. La piste monte sur le plateau pour redescendre dans la dépression d'EL Khatt.
    Au loin, le Guelb Mouïche nous sert de point de repère pour franchir les lames rocheuses des Tamga. Nous roulons maintenant entre sable et rochers.
    Aouinet et Tiliski, c'est une toute petite palmeraie isolée perdue entre Adrâr et Tagant.

Jour 13. La bordure occidentale de l'Adrâr

Aouinet Et Tiliski - Hnouk
  • Nous remontons le long des ressauts rocheux de l'Adrar occidental. Nous atteignons la dépression de Bou Aboun, ce lieu peut, s'il la pluie a été au rendez-vous, être un petit Paradis ou sédentaires et nomades cohabitent en très bonnes intelligences.
    Un joli reg noir nous permet d'accéder aux fractures de l'Adrâr occidental.
  • La partie occidentale de l’Adrâr Mauritanien offre une très grande diversité de paysages.
    Le plateau est quadrillé par un dense réseau de failles d’origine tectonique où s’écoulent les oueds. Ici les ergs blonds viennent s’échouer contre les lames redressées de grès noirs. L’érosion a modelé les paysages au fil des millénaires.
    En fond de vallée, la douceur des palmeraies se singularise des abrupts et austères massifs montagneux. Dans de secrètes entailles sont enchâssées des gueltas aux eaux limpides.
    Les cultivateurs sédentaires, établis dans les palmeraies, poursuivent leur vie traditionnelle dans ce Sahara qui peut être généreux. Sur les plateaux environnants, les nomades en quête de pâturage pour leurs troupeaux rythment leur temps de longs déplacements saisonniers à la recherche des pluies salvatrices. Leurs tentes blanches ou brunes sont là, à l’abri des regards, dans les mouvements de terrain.
    Ici en Adrâr, la complémentarité entre ces deux nécessités de vie prend toute sa force. Nous traversons le territoire de la tribu des Oulad Sassi de la confédérations des Ideichily.

Jour 14. Oasis et gueltas de l'Adrâr

Hnouk - Atar
  • Nous remontons la gorge d'Hnouk pour atteindre le gros village agricole d'El Maaden. En suivant la vallée coincée entre les roches, nous accédons à la __passe de Tifoujar qui nous permet de gagner l'oued El Abiod, faille majeur de l'Adrâr.
    Le goudron nous permet de revenir sur Atar que nous atteindrons en fin de journée.

Jour 15. Vol en direction de Paris

Atar - Aéroport de Paris
  • Le vol affrété au départ d’Atar est prévu en début de matinée pour une arrivée à Paris en milieu d’après-midi.

Dates de départ - 2018

Pour ce voyage Grand Raid en Adrâr et Tagant, vous pouvez vous joindre à un groupe de voyageurs, aux dates proposées ci-dessous. Cela vous permet de bénéficier d’un prix de voyage avantageux et de vivre une expérience conviviale. Important : nos groupes de voyageurs sont composés de 4 à 12 participants maximum. Tous nos départs sont confirmés sans supplément au tarif indiqué ci-dessous dès que nous avons 6 personnes inscrites. Si vous êtes seulement 2 ou 3 participants, nous nous engageons à assurer le départ moyennant un supplément comme suit :
2 participants : 365 €uros / personne
3 et 4 participants : 240 €uros / personne
5 participants : 110 €uros / personne

Débute le Se termine le Disponible Statut Prix
novembre 25 décembre 9 8 Disponible 930€ Me renseigner
décembre 30 janvier 13 8 Disponible 930€ Me renseigner

Dates de départ - 2019

Pour ce voyage Grand Raid en Adrâr et Tagant, vous pouvez vous joindre à un groupe de voyageurs, aux dates proposées ci-dessous. Cela vous permet de bénéficier d’un prix de voyage avantageux et de vivre une expérience conviviale. Important : nos groupes de voyageurs sont composés de 4 à 12 participants maximum. Tous nos départs sont confirmés sans supplément au tarif indiqué ci-dessous dès que nous avons 6 personnes inscrites. Si vous êtes seulement 2 ou 3 participants, nous nous engageons à assurer le départ moyennant un supplément comme suit :
2 participants : 365 €uros / personne
3 et 4 participants : 240 €uros / personne
5 participants : 110 €uros / personne

Débute le Se termine le Disponible Statut Prix
janvier 20 février 3 8 Disponible 930€ Me renseigner
février 17 mars 3 8 Disponible 930€ Me renseigner

Tarif par personne pour un circuit privatisé

Vous pouvez privatiser ce voyage aux dates de votre choix, pour vous et vos compagnons de voyage uniquement.
Pour un voyage privé, le tarif dépend alors du nombre de participants conformément à la grille tarifaire ci-dessous.

23-45678
1295€1170€1040€930€1040€930€

Inclus

  • Accueil et assistance à l'aéroport d'Atar,
  • Transfert et location véhicules 4X4 (carburant compris) adaptés à ce genre de voyage,
  • ⁃ 6 voyageurs : 2 véhicules,
  • ⁃ 7 voyageurs : 3 véhicules
  • Chauffeurs et cuisinier en prise en charge totale,
  • Guide local francophone averti et formé à nos voyages,
  • Tout le matériel de bivouac, de cuisine et intendance,
  • La pension complète durant tout le voyage en Mauritanie,
  • Auberge au confort simple à Atar, à Wadane en pension complète.

Non inclus

  • Vol International de Paris - Atar - Paris
  • Entrées et/ou taxes non prévues dans le programme,
  • Les frais de visa à l'entrée sur le territoire mauritanien,
  • Les frais personnels, boissons,
  • Les pourboires à la convenance de chacun.

15 jours à partir de 930€ par personne. .

Besoin d'un conseil

Contactez-nous via

(+222) 42 07 87 87
sylvain.philip
info@voyagemauritanie.com

Departures

29 mai 2015 3 available
8 juin 2015 6 available
25 juin 2015 5 available
20 juillet 2015 8 available
17 août 2015 10 available
See more →