Atar

Localisation : Atar, Mauritanie

Région : Adrar

Population : 38 877 habitants

Superficie : 471 200 km2

En plus de l'étendue désertique, l'envie de vivre une expérience inédite et de faire des rencontres authentiques sont quelques-unes des raisons qui poussent les visiteurs à choisir la ville d'Atar comme destination lors d'un séjour en Mauritanie.

Histoire

La ville d'Atar est fondée par les Smacides au 7e siècle. Son nom signifie « route » en langue Azer et « nouvelle ville » en berbère. L'architecture de la ville est semblable à celle de la ville de Chinguitti à l'exception de la mosquée qui n'a pas de minaret. Toutefois, sous la domination coloniale, la ville a connu de profonds changements. En effet, elle est devenue une importante base militaire. En plus des camps, de nombreux bâtiments administratifs y ont été construits. Les sentiers qui mènent à la ville ont été améliorés. Un aérodrome fut également, permettant d'accueillir le premier convoi motorisé le 2 mai 1925 et les premiers petits avions en 1926.

Au niveau de l'économie, tous les échanges entre le nord et le sud de la région subsaharienne étaient centralisés à Atar. Les longues caravanes furent remplacées par des convois motorisés. L'agriculture et l'élevage ont connu une nouvelle impulsion grâce à des nouvelles techniques. L'autre apport positif de la colonisation, c'est au niveau de l'enseignement. La première école à Atar a ouvert ses portes en 1936.

En revanche, après l'indépendance, et surtout après la naissance de la ville de Nouakchott, Atar a perdu petit à petit son poids économique et politique. De plus, suite aux terribles sécheresses qui se sont abattues sur la ville, elle a perdu une grande partie de sa population. Au bord de l'agonie et presque devenue une ville fantôme, Atar a su néanmoins se redresser et retrouver son dynamisme et la place qu'elle occupait longtemps auparavant.

Aujourd'hui

Depuis l'année 1996 jusqu'en 2008, Atar a connu un développement sans pareil en matière de tourisme grâce à son aéroport. Malheureusement, cette croissance fut soudainement interrompue en 2008 avec le classement de la Mauritanie comme secteur à risque pour les touristes. Même le rallye Dakar a été annulé, et pourtant, la ville d'Atar en était une étape incontournable. En effet, la région de l'Adrar est classée comme zone rouge, c'est-à-dire absolument interdite pour tout étranger et surtout les ressortissants français.

Mais ces dernières années, avec la mise en place du dispositif de lutte contre l'insécurité instauré dans le pays, le ministre français des affaires étrangères a retiré la région de l'Adrar de la zone rouge. Aujourd'hui, elle est classée en orange, c'est-à-dire, qu'il est désormais possible d'y séjourner à condition de ne pas partir tout seul et de prendre des précautions, surtout en matière de sécurité. De plus, la ville d'Atar dispose de somptueux sites touristiques qui ne demandent qu'à être explorés. Parmi les sites à ne pas manquer, la Mosquée de la ville , construite en 1674 est un incontournable. Le lycée, le marché de la ville et l'oasis Terjit comptent également parmi les endroits à découvrir coûte que coûte lors de votre passage à Atar. Ces lieux magnifiques se visitent à pied, en 4×4, ou à dos de chameau.

Climat et géographie

Située dans le centre ouest de la Mauritanie, dans le désert du Sahara, la ville d'Atar est à la fois la capitale de la région d'Adrar et le chef-lieu de la moughataa d'Atar. La ville possède un climat désertique chaud typique de la zone saharienne. Entre le mois de mai et septembre, les températures sont supérieures à 40° C, avec des pluies presque inexistantes. La température moyenne annuelle avoisine les 30 °C alors que les précipitations annuelles moyennes sont à peine de 33 mm répartis sur près de 8 jours sur l'année.

Comment s'y rendre ?

Pour se rendre à Atar depuis Paris, prévoyez en moyenne 7 heures et demi de vol avec escale à Casablanca, au Maroc. Ensuite, depuis Nouakchott, compter environ 5 heures en voiture pour arriver à Atar.

Que voir et faire ?

  • Faire des achats au marché de la ville,
  • Se promener dans les rues de la ville,
  • Faire des rencontres exceptionnelles,
  • Point de départ des voyages sahariens dans l'Adrâr et le Tagant.