Le Tagant

Le Tagant "Est une terre de contrastes : Sahel et Sahara". C'est une région montagneuse située au centre de la Mauritanie, à 400 Km à vol d'oiseau de la ville de Nouakchott, située elle-même au bord de l'Atlantique. La véritable prononciation, celle des autochtones, est d'ailleurs : Taganet.

"D'après certains Maures lettrés, Tagant, habituellement traduit par Petite-Forêt, serait en réalité la forme berbère de Ghana. Ainsi le Tagant serait la dernière province portant encore le nom de l'ancien empire que les Noirs appellent Ganata et les Arabes Ghânat". Tagant. Odette de Puigaudeau. Editions Phébus, 1993.

Les plateaux du Tagant, de l'Adrâr et de l'Assaba, au sud, constituent le Pays de la Pierre, Trab El Hajra, en opposition aux régions de sable qui les entourent. Moins compacte que l'Adrar, le Tagant est formé d'un ensemble de plateaux gréseux de 100 à 450 m d'altitude, plus élevés dans le sud du massif, et séparés les uns des autres par des vallées en gorge ou largement ouvertes, dans lesquelles sont établies de petites oasis avec leurs palmeraies.

Trois grands oueds et leurs affluents drainent l'ensemble de la région. Au nord-ouest, l'oued El Abiod. A l'est, l'oued Tidjikja qui est appelé, plus bas, oued Rachid. Au centre, d'est en ouest, le Kra'a Naga, la rivière de la Chamelle, qui prend elle aussi, en aval, un autre nom et devient Tamourt Naâj.

Plusieurs tribus nomades se partagent le Tagant. Les principales sont les Ida Ou Aïch, partout sur le plateau et sur ses marches, les Kounta dont font partie nos guides et chameliers, les Ida Ou Ali, les Ahel Sidi Mahmoud, les Idei Bou Sat et les Tadjakant.

Les agglomérations de quelque importance sont peu nombreuses.

Moudjéria, situé au pied du rebord occidental du plateau fut fondée en 1905 par l'administrateur Coppolani. Elle commande la passe d'Acheft par où la route principale du Tagant peut gagner le plateau.

N'Beika, à 20 km de Moudjéria, se situe rive droite de la vallée de la Tamourt et occupe un site splendide entre dunes et rochers. C'est à N'Beika que la route goudronnée s'arrête. Il faut poursuivre vers Tidjikja par une piste difficile, même pour les véhicules 4x4.

Tidjikja est la capitale de la région. Elle aurait été créée au XVIIème siècle par les Ida-ou-Ali venus de l'Adrar. Comme Chinguetti, elle a été un centre religieux, mais de moindre importance.

Rachid a été créée au début du XVIIIème siècle par l'importante tribu des Kounta. L'ancienne cité, détruite plusieurs fois au cours des siècles passés, est en ruine. Depuis 1968, un nouveau village s'érige de l'autre côté de l'oued.

Ksar el Barka (1690) et Rachid (1723) sont les ksour (villages fortifiées)  fondés dans le Tagant par les Kounta en relation avec le Touat (Algérie). Les Kounta forment une tribu qui se dit à la fois d’origine arabe et sanhaja, gardiens de l’orthodoxie islamique et propagateurs de la voie Kadriyya Bekkaiyya. Leurs haratines cultivent les palmeraies tandis qu’eux-mêmes sont d’actifs commerçants caravaniers.