L’Amatlich : un erg datant de 7000 ans

Introduction

Dès – 30 000 B. P. s’est établi sur le Nord-Ouest de l’Afrique un ensemble de hautes pressions qui a généré des vents dominants (alizés continentaux) NE-SW. Ces vents puissants ont provoqué une brusque extension du Sahara vers le Sud.
Ce sera tout d’abord (- 30 000 B. P.) la période de l’Inchirien, puis de – 22 000 B. P. à – 15 000 B. P. (7 000 ans durant), celle de l’Ogolien (défini par Elouard, 1959). Ce flux NE-SW construira de vastes ensemble dunaires : Azefal, Akchar, Amoukrouz,…mais aussi des ergs secondaires tels que l’Amatlich.
On se rapportera aux 3 cartes établies par Rognon, 1980 (cf. Fig 2, Travaux Rognon, 1980)

L’aridité marquera un pic vers – 12 000 B. P. et le Sahara connaîtra alors son extension maximale (cf. Fig. 1, graphe illustrant les diverses périodes climatiques du Sahara).

Dès – 10 000 B. P. les hautes pressions s’effondrent et des précipitations importantes, et régulières, (en provenance du Sud) vont, rapidement, transformer le désert dont la surface va se réduire pour atteindre un minimum vers – 7 000 B. P.
Lors de cette période, de vastes systèmes hydrographiques se mettent en place, occupant largement les interdunes, les oueds majeurs pouvant couper activement les massifs dunaires.
C’est l’époque des lacs et des vastes zones d’épandages, celle de l’installation d’une flore et d’une faune “soudanaises” (baobab,…éléphant, hippopotame, grandes antilopes,…), et celle de l’Homme (néolithique).

Mais, vers – 6 000 B. P., les hautes pressions se réinstallent sur le Nord du Sahara et marquent le retour de l’aridité qui s’est progressivement accrue jusqu’à la période présente.

Descriptif :

L’Amatlich est un erg de petites dimensions (130 km x 5 à 8 km) qui s’étire du NW au SE, depuis la palmeraie d’El Gleitat jusqu’à la zone d’épandage de Damane où il prend le nom de Dkhaïna.
Malgré sa surface assez réduite (si l’on pense à l’Akchar, la Maquteir ou le Waran, par exemple), sa variété est grande à l’égard  des vastes interdunes et aux zones rocheuses qui l’encadrent.

(cf. Fig 3, Carte ensemble Amatlich)

Cet erg, de surcroît, était “sculpté” par les eaux lors de la période “humide”, il y 7 000 ans. Ainsi, il fut très régulièrement traversé par un oued au niveau de Foum Tizigui et tant à l’Ouest (vers Akjoujt) que dans les larges interdunes que sont l’Ifizouitne et l’Amlil Bou kerch, les vastes zones d’épandages et les oueds sont nombreux.
Qu’il survienne une “bonne” pluie et l’ancien réseau hydrographique reprendra vie pour quelques jours, quelques semaines. Ainsi, Damane au Sud et Graret el Fras (la cuvette cultivable de la jument -qui témoigne de la présence passée de chevaux-) sont parmi d’autres (de moindre importance) des lieux réguliers de cultures vivrières.

Dans un Passé lointain, l’Homme néolithique s’est installé tout au long de l’Amatlich, sa présence fut large. Les sites néolithiques sont fort nombreux, certains, ont été bien étudiés tels, Khatt Lemaiteg (Vernet, 1985) au voisinage de Damane et Medinet Cbat (Nicole Lambert, 1970). près du puits d’El Guechriyé.

La proximité de la roche, sous la forme de guelbs (pitons) divers ou celle du massif de l’Ibi noir (Ibi el Akhdar) fait que la flore et la faune de bordure de l’erg sont très variées.

Fig 3 – carte ensemble Amatlich

Biologie :
Les roches abritent de très nombreuses espèces végétales et animales qui trouvent là (pour vivre et s’y reproduire) une protection efficace contre une évaporation excessive (soleil, vent).
Ainsi, tout comme en Adrar Tmar, on note :

Végétaux : Lavandula coronipifolia, Corbichonia decumbens,…
Animaux :
. Invertébrès : insectes (la liste est longue : coléoptères, lépidoptères,…), arachnides,…
. Vertébrès :
Reptiles (lézards et serpents, dont Malpolon moilensis, Couleuvre de Moïla),
Oiseaux nicheurs :
Hirundo rupestris, Hirondelle de rochers
Falco biartmicus, Faucon lanier
Bubo ascalaphus, Grand duc ascalaphe,…
Mammifères
Rhinolophus et Epseticus , Chauve-souris
Mellivora capensis, Ratel
Canis aureus, Chacal doré
Felis libyca, Chat des sables
Fennecus zerda, Fennec

N. B : L’inventaire est assez proche de celui de l’intérieur de l’Adrar, site de Zerga par exemple. Mais c’est encore un peu “Le Sud”…

Conclusion / Intérêt :

– Climats passés : Sahara sec, Sahara humide
– Amatlich : erg de petite dimension mais de grande variété
– Intérêt
Géologique Ibi et Guelb
Flore et Faune
Archéologique : préhistoire, néolithique
Zone de nomadisation et de circulation

Documents :

Doc 1. Sahara “vert” : série de petits articles,
Doc 2. Lien vers Article Nicole Lambert 1970, Medinat Cbat, Protohistoire
Doc 3. Carte IGN au 1/200 000 e Akjoujt
Doc 4. Carte IGN au 1/200 000 e El Gleitat

Texte : Bruno Lamarche pour Détours Mauritanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *