Entre côte Atlantique et less montagnes de l'Adrâr I Voyage Sahara Evasion - Détours Mauritanie Voyages
Randonnée chameliere

Entre côte Atlantique et less montagnes de l'Adrâr I Voyage Sahara Evasion

Aéroport International Nouakchott-Oumtounsy
45m-40km
Nouakchott

Jour 1Vol international en direction de Nouakchott

Jour 1Vol international en direction de Nouakchott

Aéroport International Nouakchott-Oumtounsy - Nouakchott

  • Arrivée à Nouakchott par le vol Air France en fin d'après-midi.
    Après avoir obtenu le visa électronique et passé la police de l'air et des frontières, nous vous assistons et vous accueillons dans l'aérogare.
    Transfert à l'hôtel au centre ville (40km). Installation et repas.

Repas et hébergement
Hébergement: Hôtel Monotel Dar El Barka
Nouakchott
4h-270km
Iwik

Jour 2L'océan Atlantique et le Parc National du Banc d'Arguin

Jour 2L'océan Atlantique et le Parc National du Banc d'Arguin

Nouakchott - Iwik

  • Arrivée à 00h40 à l'aéroport de Nouakchott. Accueil par le guide de Détours Mauritanie puis transfert à l'hôtel.
    En début de matinée, nous prenons la route en direction du Nord. Si la marée nous le permet, nous longeons la côte atlantique en roulant sur la plage.
    Ici, le désert et la mer se mélange. Le Sahara finit sa course poussé par les Alizées dans cet océan aux courants froids.
    Nous abordons le Parc National du Banc D'arguin, immense delta d'un fleuve maintenant asséché.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Hôtel Monotel Dar El Barka
Dîner: Auberge Iwik
Hébergement: Auberge Iwik
Iwik
4h-10km
Iwik
1h 30m-37km
Arkeiss

Jour 3En lanche canarienne, aux travers les chenaux et iles du Banc d'Arguin, la plage et Les caps Tagarit et Tafarit

Jour 3En lanche canarienne, aux travers les chenaux et iles du Banc d'Arguin, la plage et Les caps Tagarit et Tafarit

Iwik - Iwik

  • Au petit matin, nous embarquons sur les lanches canariennes utilisées par les pécheurs Imragens pour se déplacer sans bruit dans les chenaux, entre les îles.
    L'exceptionnelle richesse du Banc d'Arguin est constituée par son avifaune très importante. Des myriades d'oiseaux s'envolent à notre approche formant dans le ciel des mouvements incroyablement beaux. Les mammifères marins sont eux-aussi présents. Il n'est pas rare de voir des dauphins et, avec beaucoup de chance, des orques épaulards.

Iwik - Arkeiss

  • En longeant la côte, nous nous dirigeons vers le petit village Imragen de Ten Alloul. Au nord, se dressent deux caps, Râs Tagarit et Râs Tafarit. Ils encadrent la baie de Tanoudert et le village d’Arkeiss.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge Iwik
Dîner: Campement Arkeiss
Hébergement: Campement Arkeiss
Arkeiss
4h-200km
Inal
3h-210km
Ben Amira

Jour 4Le long de la voie de chemin de fer et les dômes de Ben Amira

Jour 4Le long de la voie de chemin de fer et les dômes de Ben Amira

Arkeiss - Inal

  • Dans ces environnements infinis, nous reprenons la piste en direction du nord du Banc D'Arguin. La piste n'est pas aisée et elle demande aux véhicules et surtout aux chauffeurs beaucoup d'application pour ne pas s'embourber dans les sols très meubles des sebkhas. Parfois, lors des grands marées, le sol est gorgé d'eau rendant la piste impossible.
    Nous atteignons la voie de chemin de fer qui relie la région minière de Zouerate à la capitale économique du pays.
    Nous évoluons maintenant non loin de la frontière entre le Sahara Occidentale et la Mauritanie.
    En fin de journée, nous atteignons la région de Ben Amira dominée par de fabuleux dômes granitiques.

Inal - Ben Amira

  • Nous évoluons maintenant non loin de la frontière entre le Sahara Occidentale et la Mauritanie.
    En fin de journée, nous atteignons la région de Ben Amira dominée par de fabuleux dômes granitiques.

  • Le monolith de Ben Amira est un des endroits les plus époustouflants de la Mauritanie. L’énorme masse de roche granitique s'élève à plus de 600m.
    Avec les dunes de sable qui l'entourent, il procure un excellent paysage saharien. Ben Amira est le plus grand monolithe en Afrique et le troisième plus grand au monde, après Uluru et le mont Augustus situés en Australie.

Ben Amira
2h 30m-80km
Choum
1h 30m-62km
Azougui

Jour 5L'Adrâr de Mauritanie et l'ancienne capitale Almoravide

Jour 5L'Adrâr de Mauritanie et l'ancienne capitale Almoravide

Ben Amira - Choum

  • Nous traversons le gros bourg de Choum pour prendre la piste plein ouest. Nous longeons la frontière du Sahara occidental, ancien Sahara espagnol revendiqué par les Sahraouis.
    Les monolithes granitiques de Ben Amira et Aîcha dressent leurs dômes caractéristiques au dessus de la plaine sablonneuse.

  • La ville d'Atar fondée au XVIIème Siècle dans la plaine bordière (bâten) qui s’étale au nord de la grande falaise, est préservée du sable par sa situation géographique.
    C’est la ville la plus importante de la zone saharienne. Elle fut ville émirale par le passé, ville de garnison pour les Américains puis les Français et enfin chef-lieu de région.

Repas et hébergement
Dîner: Auberge Oued Ilij I Azougui
Hébergement: Auberge Oued Ilij I Azougui
5h-170km
Aderg

Jour 6De la sebkha de Chemchan à l'Inselberg d'Aderg

Jour 6De la sebkha de Chemchan à l'Inselberg d'Aderg

Atar - Aderg

  • Plein Est, nous longeons la falaise principale de l'Adrâr. La sebkha Chemchane forme une vaste dépression que nous appelons le baten (ventre).
    Ce long couloir nous emmène aux puits de Naïtiri.
    L'inselberg d'Aderg se dresse au dessus des dunes de l'erg Maghteir.

  • A pied, au milieu des dunes, nous cheminons en direction du plateau isolé en bordure de l'erg Maghteïr.

    Par temps clair, du sommet de l'iselberg d'Aderg, le panorama est magnifique. Du sud-ouest au sud-est s’étalent la grande sebkha de Chemcham puis les hautes falaises de l’Adrâr, avec au sud, la large faille de l’Akhmakou.
    Puis, sur le reste du panoramique, les vagues de l’erg Maghteïr ondulent à perte de vue. Sous le vent, une vaste zone sans dune est dégagée, soulignée de petits rubans d’arbres où se blottissent les nomades de passage.
    Quelques puits se trouvent légèrement saumâtres. Après avoir franchi le petit aklé d’Oum el Beïdh, nous cheminons maintenant sur un léger reg en direction de la cuvette alluvionnaire de Naïtiri.
    La zone est très arborée, une végétation parfois dense s’y développant. Quelques greïr sont cultivés par des sédentaires vivant dans quelques tentes visibles de loin en loin, et très souvent, beaucoup de troupeaux parcourent la région.

Aderg
2h-70km
El Beyyed

Jour 7Entre les sables et la falaise de l'Adrâr, le cirque d'El Beyyed, haut lieu de l'art pariétal saharaien

Jour 7Entre les sables et la falaise de l'Adrâr, le cirque d'El Beyyed, haut lieu de l'art pariétal saharaien

Aderg - El Beyyed

  • L'erg Makhteir fait parti de ces puissants massif de dunes courant de l'ouest algérien, à l'ouest de la Saoura jusqu'aux rivages de l'Atlantique.
    Naissant sous le nom général d'Erg Chech, il finit sa course dans l'océan sous le nom d'Azefal.
    Un cap du plateau de l'Adrar se dresse comme une proue de navire, le tarf Tazazmout. Il marque l'entrée du couloir menant à un haut lieu du Sahara mauritanien, El Beyyed.

  • A pied, nous partons explorer ce haut lieu du Sahara. Au nord se développent les grandes dunes de l'erg Maghteir alors que le cirque de falaises nous entoure.

  • Le couloir d’El Beyyed présente, sur près de 20km en direction d’El Ghallaouiyya, une quantité considérable de matériel lithique. La région offre quelques-uns des principaux sites à bifaces et galets aménagés de l’ouest saharien. Les multiples sites d’art rupestre représentent ici des échantillons de faune dite « éthiopienne » comme girafes, éléphants, rhinocéros … Cette faune aurait disparue de la zone il y a environ 10 000 à 12 000 ans. El Beyyed se trouve au pied du grand dhar de l’Adrâr et, au nord, se développe un erg immense et puissant : la Maghteïr.

  • Les sites de gravures d’El Beyyed sont connus depuis 1932 (découverte du Lieutenant Girard) et certaines gravures ont probablement été publiées par Monod, dans une publication que nous n’avons pu trouver.
    Les quatre stations (au moins) du secteur semblent montrer une importante présence humaine par le passé, ce que corroborent les différents points d’eau encore existants, et surtout l’importante industrie lithique du cirque d’El Beyyed.
    Le Tarf Agher est l’extrémité sud du plateau Itletefatène. En forme de doigt, il forme une sorte de cap permettant l’accès aux deux rentrants de Ma’riya et de Ghzalia (deux formes de gazelle), dont les seuils menant au plateau abritent chacun une guelta.
    Cet ensemble forme la partie Est du cirque d’El Beyyed. Des gravures se trouvent sur les blocs éboulés, essentiellement au pied du cap, d’autres sur les blocs encore au sommet, ou sur des tables sommitales de grès partiellement basculées.
    Signalons la présence de tumulus de part et d’autre de la pointe.

El Beyyed
4h-72km
Guelb Er Rîchat (Camp Boisé)
2h-50km

Jour 8L'Adrâr, l'incroyable Guelb Er Rîchat et la cité du savoir et de la richesse, Wadâne

Jour 8L'Adrâr, l'incroyable Guelb Er Rîchat et la cité du savoir et de la richesse, Wadâne

El Beyyed - Guelb Er Rîchat (Camp Boisé)

  • Par une piste très cassante, nous montons sur le plateau de l'Adrâr oriental. Un crochet à l'ouest permet d'aller admirer un des plus beaux sites pariétales de l'Adrâr à la tête d'Ouan an Amourt. Des centaines de bovidés gravés … et, avec de la chance … une montre pendue à la branche d'un petit acacia …
    Le plateau d'Azilal a été par le passé un grand territoire de chasse à la gazelle, voir l'addax aujourd'hui complètement disparues.
    La boutonnière du Taguenze s'ouvre sur le Guelb Er Richat et après avoir traversé ce grand reg rocheux, nous atteignons les premiers bombements des Rîchat.

  • Le dôme arasé du Guelb Er Richât, qui apparaît au cours du secondaire, se situe aux confins des noires montagnes de l’Adrâr mauritanien, à l’ouest, et des plates immensités de cailloux, de dalles rocheuses et de dunes du bassin de Taoudenni, à l’est.
    L’étrange système de crêtes concentriques des Richât est si imposant qu’il apparaît aujourd’hui sur toutes les cartes, même à petite échelle.
    Richât est le pluriel de richa (plume), un terme qui dit bien l’allure de ses crêtes dont les flancs sous le vent sont zébrés de langues de sable et qui dominent les profonds plats où paissent chèvres et chameaux… quand, par chance, il a plu.
    A cause de sa taille même, il n’a été révélé que fort tard, par le professeur Théodore Monod en 1934.
    En effet nul, qu’il vienne des rêches plateaux du nord ou des dunes de la Majabat Al Koubra (Monod, 1958), au sud et au sud-est, ne pourrait imaginer que ces crêtes basses soient organisées en un système concentrique aussi parfait, vaguement elliptique de 22 km et 25 km de diamètre, surgissant d’une boutonnière de 45 km, le Taguenzé, ouverte dans le plateau gréseux.

Guelb Er Rîchat (Camp Boisé) - Wadane

  • Nous sortons des différents cercles des Rîchat en direction du sud, d'hassi Thiba et les traces de l'ancien fort portugais d'Aguadir. Les forêts sahariennes sont relativement développées à cet endroit. En plongeons vers les sables, les palmeraies de Meyateg survivent difficilement.
    Nous atteignons Wadane et la très belle vallée de Tin Labbe.

  • Le ksar de Wadâne, (Ouadâne) qui a été fondée, dit-on, la même année que Tichîtt (1141), tiendrait son nom du mot arabe signifiant «deux lits de rivières» (wadân). Les précisions selon lesquelles ces deux oueds seraient l’oued des dattes et l’oued des sciences sont tout à l’honneur de la cité.
    L'ancienne cité est mentionnée par écrit au milieu du XVème siècle dans un rapport de voyage portugais mais il reste difficile de se faire une idée précise des début de la cité malgré sa position sur l’axe occidental du trafic caravanier transsaharien.
    Wadâne est un centre urbain dense, de type ksourien, autrefois entouré d’une enceinte fortifiée très sûre qui résista à toutes les forces étrangères jusqu’à l’arrivée des Français.
    Les tribus dominantes sont les Kounta, les Ida ou El Hadj, les Chorfa, les Amgârîj et les Aghzazir.

1h 30m-40km
Tanouchert
30m-15km
El Kheouiya
3h-45km

Jour 9L'oasis de Tanouchert et le campement semi-nomade d'El Kheouiya

Jour 9L'oasis de Tanouchert et le campement semi-nomade d'El Kheouiya

Wadane - Tanouchert

  • Nous longeons maintenant l'erg Warane qui court sur le plateau de l'Adrâr depuis les confins orientaux. Il marque la frontière difficilement franchissable en voiture de l'immense espace vide, la Majabat Al Koubra.
    La palmeraie de Tanouchert blottie dans son écrin de dunes traverse les Siècles en gardant un certain lustre.

  • La palmeraie de Tanouchert s'étende en bordure de l'erg Warane. De grandes dunes de sables la dominent. Nous l'atteignons après une jolie balade.
    Durant l'après-midi, nous allons à la découverte de ce qui fait la richesse de nos hôtes. La culture des dattes, la position stratégique aussi de ce point d'eau est autant de choses passionnantes.
    Le soir venu, nous restons pour dormir dans des huttes traditionnelles.

Tanouchert - El Kheouiya

  • Nous montons sur ce cordon qui s'allonge du nord vers le sud et s'enfonce dans les dunes de l'erg Warane. Cet esker est le reste d'un dépôt sous-glacière saillant.
    En Adrâr, nous disposons de deux manifestations géomorphologiques similaires, celui-ci qui s'appelle Herrour, et un très beau aussi qui, plus à l'ouest, est le méga-cordon de Zarga.
    Nous gagnons le campement semi-nomade d'El Kheouiya. Etabli sur les rives d'un oued majeur, nos hôtes ont marqué notre histoire.

  • Le campement semi-nomade d'El Kheouiya est fixé là pendant les grandes sécheresses. Le campement, depuis quelques années, s’organise : développement de l’élevage de caprins et camélidés, création d’une école en 1994, naissance d’une petite palmeraie associée à des jardins en 1999 et, maintenant, quelques habitats en dur.
    Les liens que nous entretenons avec les différentes familles du campement sont étroits et grandement amicaux.

El Kheouiya - Chinguetti

  • Par les sables, plein ouest, nous mettons le cap sur l'ancienne cité caravanière de Chinguetti. L'oued Chinguetti, en aval de la ville, est couvert d'arbres, la vie y est intense. Nous passons dans la ville pour le déjeuner. Malheureusement, l'urbanisation effrénée et non maitrisée a cassé le cachet traditionnel de la ville.

  • L'ancienne cité de Chinguetti
    Chinguetti fut fondée par les Ida Ouali vers 1525, en amont d’Abweyr, aujourd’hui disparue, elle même créée en 1261.
    L’étymologie probable du toponyme shingitî serait :

    • puits du cheval, du soninké : si : puits + n : de + gede : cheval.

    Chinguetti fut le centre commercial le plus actif et la ville la plus importante du Sahara occidental. Elle fut considérée par les Mauritaniens comme la 7ème ville sainte de l’Islam avec ses 11 mosquées, ses 100 puits et son cercle de savants.
    En 1675, un massacre perpétré par une partie des Ida-ou-Ali entraîna l’éclatement du groupe dont les survivants fondèrent un autre ksar dans le Tagant, Tidjikja.
    Il ne reste aujourd’hui qu’une seule mosquée et le souvenir des périodes prospères…
    Les principales tribus qui composent sa population sont les Ida-ou-Ali, les Laghlal et les Oulad Gheilan.

    Avec leurs ruelles étroites et tortueuses, leurs nombreuses impasses, leurs maisons basses et sombres à base de matériaux locaux, leurs quasi-absence de places et d’espaces communautaires, Chinguetti et Wadâne ont une structure de vieux ksour densément blottis autour de leurs mosquées.

Repas et hébergement
Dîner: Auberge des Caravanes de la Vieille Ville I Chinguetti
Hébergement: Auberge des Caravanes de la Vieille Ville I Chinguetti
3h-10km
Lagueïla
2h-4km
M'Ghalig Warane

Jour 10En randonnée au coeur des M'Ghalig de l'erg Warane

Jour 10En randonnée au coeur des M'Ghalig de l'erg Warane

Chinguetti - Lagueïla

  • En direction du sud-ouest nous fait face une longue et belle série de montagnes de sable. Ces gros massifs (M’ghalig), tous parallèles, dominent des vallées interdunaires qui sont restées les voies traditionnelles des caravanes de commerce entre le nord et le sud. C’est dans ces zones que se trouvent les rares puits.
    La pause de midi s’établit à La Gueïla, une petite palmeraie qui appartient aux notables de Chinguetti.

Lagueïla - M'Ghalig Warane

  • Ensuite, plein ouest, nous poursuivons notre périple dans les dunes.
    Une végétation spécifique aux grands ergs se développe tel que l’Acacia raddiana, le Balanites aegyptiaca et l’Aristida pungens.
    Nous posons le bivouac sur un des puissants massifs de sable.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge des Caravanes de la Vieille Ville I Chinguetti
M'Ghalig Warane
4h-12km
Tinouarderit
2h 30m-7km
Guelb Er Raoui

Jour 11De la fin des grandes dunes de l'Warane au grès tassiliens de Zerga

Jour 11De la fin des grandes dunes de l'Warane au grès tassiliens de Zerga

M'Ghalig Warane - Tinouarderit

  • Les massifs sont toujours imposants et, face à nous, commencent à pointer les crêtes noires du méga-cordon de Zarga. Tinouarderit, petit oued boisé, signale la partie occidentale de l’erg. Un teïchot (Balanites aegyptiaca) très ombragé nous accueille pour la pause.

Tinouarderit - Guelb Er Raoui

  • En remontant le lit de l’oued, nous accédons à une petite zone de barkhanes. Ici, l’Erg Warane finit sa course en direction de l’ouest. Sous le nom d’Erg Amatlich, il réapparaît sur la bordure ouest de l’Adrar, poursuivant son élan vers l’Atlantique.

Guelb Er Raoui
5h-15km
Zarga

Jour 12A pied dans le mega-cordon de Zarga

Jour 12A pied dans le mega-cordon de Zarga

Guelb Er Raoui - Zarga

  • Nous regagnons le petit massif gréseux de Zarga.
    Long de 80 kilomètres, le cordon de Zarga est le lit fossile maintenant saillant d’un ancien fleuve glaciaire.
    Les grès à corridors forment par endroits un dédale de rues et d’abris sous roche ou se cachent peintures, faune et flore assez riches.
    Le cordon de Zarga est intéressant pour plusieurs raisons. Sa pointe nord et son altitude moyenne en font une efficace barrière climatique.
    Les perturbations atlantiques et la mousson africaine (F.I.T.) sont bloquées dans leur progression vers l’intérieur du plateau de l’Adrar. La pluviosité est importante par rapport au reste de la région, et la végétation saharienne a, par endroits, une connotation soit méditerranéenne, soit soudanaise.
    Nous y trouvons en autre Boscia sénégalensis, Euphorbia balsamifera, Combretum aculeatum ainsi que quelques Lavandula odorantes.

Zarga
3h-6km
Tichilit el Âteg
1h 30m-45km

Jour 13Et pour finir en apothéose, Tichilit el Ateg et sa grande dune

Jour 13Et pour finir en apothéose, Tichilit el Ateg et sa grande dune

Zarga - Tichilit el Âteg

  • En restant sur l’est du massif, nous rejoignons le puits de Niesle puis, par le piémont oriental, nous atteignons Tichilit el Âteg qui est le point culminant du massif de Zarga et le troisième sommet de l’Adrar.

Tichilit el Âteg - Atar

  • Dans l'après-midi, nous regagnons Atar par une piste peu roulante.

  • Atar, fondée au XVIIème Siècle dans la plaine bordière (bâten) qui s’étale au nord de la grande falaise, est préservée du sable par sa situation géographique. C’est la ville la plus importante de la zone saharienne. Elle fut ville émirale par le passé, ville de garnison pour les Américains puis les Français et enfin chef-lieu de région.

Repas et hébergement
Dîner: Auberge des Caravanes | Atar
Hébergement: Auberge des Caravanes | Atar
45m-45km
Tergit
1h 30m-40km
Toungad
8km
Passe Tifoujar
2h-50km
Azoueiga

Jour 14Par les canyons de l'Adrâr Occidental et l'erg Amatlich

Jour 14Par les canyons de l'Adrâr Occidental et l'erg Amatlich

Atar - Tergit

  • Nous prenons la belle route goudronnée qui nous ramène vers Tergit.

Tergit - Toungad

  • Par une piste sablonneuse, nous atteignons l'oued El Abiod, immense faille taillée dans le plateau de grès. Cette vallée blanche de sable et de dunes nous entraine vers la plus belle palmeraie de l'Adrar, toungad.
    Entourée de deux puissantes dunes, elle abrite aussi un beau point d'eau - une guelta en arabe.

Toungad - Passe Tifoujar

  • Nous suivons la piste sablonneuse dans l'oued El Abiod. Les falaises de l'Adrar sont puissantes et encadrent la large faille de la vallée blanche.
    A l'ouest, une gorge nous permet d'atteindre une grande pente de sable qu'il va falloir monter en voiture. C'est la passe de Tifoujar.
    Attention, suivant la période, la chaleur et l'état de cette rampe de sable, il est possible que nous soyons dans l'obligation de contourner par le sud ce passage très raide et compliqué pour les voitures et chauffeurs.

Passe Tifoujar - Azoueiga

  • Nous sommes maintenant sur le plateau. La piste suit des cours d'eau asséchés dans un premier temps. Elle devient caillouteuse et cassante durant une heure pour atteindre la petite palmeraie d'El Gleïtat.
    Nous longeons maintenant les dunes de l'erg Amatlich en direction d'Azoueïgat. Ces lieux sont magnifiques.

  • Le massif dunaire de l'Amatlich
    L’erg Amatlich est un massif de dunes de petites dimensions (130 km x 5 à 8 km) qui s’étire du NW au SE, depuis la palmeraie d’El Gleitat jusqu’à la zone d’épandage de Damane où il prend le nom de Dkhaïna.
    Malgré sa surface assez réduite (si l’on pense à l’Akchar, la Makhteir ou le Warane, par exemple), sa variété est grande à l'égard des vastes interdunes et aux zones rocheuses qui l’encadrent.
    Cet erg, de surcroît, était “sculpté” par les eaux lors de la période “humide”, il y 7 000 ans. Ainsi, il fut très régulièrement traversé par un oued au niveau de Foum Tizigui et tant à l’Ouest (vers Akjoujt) que dans les larges interdunes que sont l’Ifizouitne et l’Amlil Bou kerch, les vastes zones d’épandages et les oueds sont nombreux.
    Qu’il survienne une “bonne” pluie et l’ancien réseau hydrographique reprendra vie pour quelques jours, quelques semaines. Ainsi, Damane au Sud et Graret el Fras (la cuvette cultivable de la jument -qui témoigne de la présence passée de chevaux-) sont parmi d’autres (de moindre importance) des lieux réguliers de cultures vivrières.
    Dans un Passé lointain, l’Homme néolithique s’est installé tout au long de l’Amatlich, sa présence fut large. Les sites néolithiques sont fort nombreux, certains, ont été bien étudiés tels, Khatt Lemaiteg (Vernet, 1985) au voisinage de Damane et Medinet Cbat (Nicole Lambert, 1970). près du puits d’El Guechriyé. La proximité de la roche, sous la forme de guelbs (pitons) divers ou celle du massif de l’Ibi noir (Ibi el Akhdar) fait que la flore et la faune de bordure de l’erg sont très variées.

Erg Amatlich
2h-120km
Akjoujt
4h-260km
Nouakchott
45m-40km
Aéroport International Nouakchott-Oumtounsy

Jour 15Les grandes plaines de l'Inchiri et la capitale, Nouakchott III Vol international vers Paris CDG

Jour 15Les grandes plaines de l'Inchiri et la capitale, Nouakchott III Vol international vers Paris CDG

Erg Amatlich - Akjoujt

  • Le terrain change et les vastes plaines laissent la place à de petits massifs noirs.
    Au milieu de l'après-midi, les dunes de l'Amatlich apparaissent. Ils sortent des montagnes noires de l'Adrar. Après avoir quitté la route, nous nous immergeons au cœur des dunes.

Akjoujt - Nouakchott

  • Nous poursuivons notre route aux travers les grandes plaines sablonneuses de l'Inchiri. Très rapidement, nous atteignons les faubourgs de la capitale mauritanienne.
    Nous nous installons à l'hôtel.

Nouakchott - Aéroport International Nouakchott-Oumtounsy

  • Nous passons la soirée en ville. Une ou deux chambres, suivant la taille du groupe, sont à disposition pour se reposer, prendre une douche. Après le diner au restaurant, nous partons pour l'aéroport pour l'enregistrement et l'envol pour l'Europe.
    Arrivée à Paris en début de matinée par le vol Air France.

Repas et hébergement
Dîner: Hôtel Monotel Dar El Barka
Hébergement: Hôtel Monotel Dar El Barka
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Sylvain de "Détours Mauritanie Voyages". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
(+222) 42 07 87 87