Safari en Jeep

Splendeurs et mystères du nord de la Mauritanie I Voyage exclusif Beyond Borders

Aéroport de Paris
4h-3500km
2h-5km

Jour 1De Paris en direction de l'Adrâr de Mauritanie

Aéroport de Paris - Atar

  • Départ de Paris par vol affrété. Le décollage est prévu en début de matinée pour une arrivée à Atar à la mi-journée.
    Après les formalités et la récupération des bagages, vous retrouvez nos équipes qui vous attendent dans le hall de l'aérogare.
    A Atar, un déjeuner est prévue dans une auberge au confort agréable.

Atar - Atar

  • Après le déjeuner, nous prenons le temps de faire un tour au centre ville d'Atar. Le marché central est souvent très animé en fin de journée. Cette petite balade permet une première approche de la société mauritanienne des centres urbains.

    Atar, fondée au XVIIème Siècle dans la plaine bordière (bâten) qui s’étale au nord de la grande falaise, est préservée du sable par sa situation géographique. C’est la ville la plus importante de la zone saharienne. Elle fut ville émirale par le passé, ville de garnison pour les Américains puis les Français et enfin chef-lieu de région.

Repas et hébergement
Déjeuner: Auberge des Caravanes | Atar
Dîner: Auberge des Caravanes | Atar
Hébergement: Auberge des Caravanes | Atar
1h 30m-86km

Jour 2L'ancienne cité carvanière de Chinguetti et l'erg Warane, douceur des dunes infinies

Atar - Chinguetti

  • Transfert en véhicules 4x4 pour rejoindre l’ancienne cité de Chinguetti. La piste pour monter sur le plateau (dhar) est, à ce jour bonne. Nous faisons un détour pour contempler la bordure spectaculaire de la falaise et les ruines de "Fort Saganne".

  • L'ancienne piste qui permettait de monter sur le plateau de l'Adrâr passe par la gorge et la passe d'Amogjar.
    Elle est maintenant complètement délaissé au profit de la "nouvelle" piste qui passe plus au sud. Elle est surtout beaucoup plus courte et la montée sur le plateau est goudronnée.
    Sur un des derniers tabulaires, avant la passe, les ruines du Fort Saganne sont visibles. Dans un décor somptueusement minéral, ce décor a été construit pour les besoins du film d'Alain Corneau en 1984.
    L'auteur du roman "Fort Saganne", Louis GARDEL, est le petit-fils de Victor Marie Gabriel GARDEL qui pris part au combat d'Esseyen, véritable lieu du fait historique.
    Esseyen se trouve entre l’Algérie et la Libye, entre les villes de Djanet et Ghat. Alain Corneau n'avait pas eu les autorisations de tourner en Algérie.

  • La piste nous emmène directement à Chinguetti pour la mi-journée.

    Nous prenons le temps de visiter de la vieille ville : bibliothèque(s), palmeraies et jardins.

    L'ancienne cité de Chinguetti
    Chinguetti fut fondée par les Ida Ouali vers 1525, en amont d’Abweyr, aujourd’hui disparue, elle même créée en 1261.
    L’étymologie probable du toponyme shingitî serait :

    • puits du cheval, du soninké : si : puits + n : de + gede : cheval.

    Chinguetti fut le centre commercial le plus actif et la ville la plus importante du Sahara occidental. Elle fut considérée par les Mauritaniens comme la 7ème ville sainte de l’Islam avec ses 11 mosquées, ses 100 puits et son cercle de savants.
    En 1675, un massacre perpétré par une partie des Ida-ou-Ali entraîna l’éclatement du groupe dont les survivants fondèrent un autre ksar dans le Tagant, Tidjikja.
    Il ne reste aujourd’hui qu’une seule mosquée et le souvenir des périodes prospères…
    Les principales tribus qui composent sa population sont les Ida-ou-Ali, les Laghlal et les Oulad Gheilan.

    Avec leurs ruelles étroites et tortueuses, leurs nombreuses impasses, leurs maisons basses et sombres à base de matériaux locaux, leurs quasi-absence de places et d’espaces communautaires, Chinguetti et Wadâne ont une structure de vieux ksour densément blottis autour de leurs mosquées.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge des Caravanes | Atar
Déjeuner: Bivouac saharien
Dîner: Auberge Escale de Chinguetti
Hébergement: Auberge Escale de Chinguetti

Jour 3Les grands espaces nomades de l'Adrâr et le ksar de Wadane

Chinguetti - Wadane

  • Nous poursuivons notre voyage en véhicule dans un environnement maintenant sablonneux. La «piste» passe au nord des massifs de dunes de l’Wârane et d’Afam el Merzrougât.
    A 45 km de Chinguetti, le campement semi-nomade d’El Rhéouiyya nous accueille pour la pause de la mi-journée.
    Nous consacrons du temps pour balader à pied visiter nos hôtes, le village, les jardins et les khaïma (tente) posées dans les creux de dunes.

  • Le campement semi-nomade d'El Kheouiya est fixé là pendant les grandes sécheresses. Le campement, depuis quelques années, s’organise : développement de l’élevage de caprins et camélidés, création d’une école en 1994, naissance d’une petite palmeraie associée à des jardins en 1999 et, maintenant, quelques habitats en dur.
    Les liens que nous entretenons avec les différentes familles du campement sont étroits et grandement amicaux.

  • La piste passe au nord du petit massif d'Herour. Entre sables et roches, nous filons en direction du ksar de Wadâne, la dernière bourgade avant les grandes solitudes des confins mauritaniens.

  • Le ksar de Wadâne, (Ouadâne) qui a été fondée, dit-on, la même année que Tichîtt (1141), tiendrait son nom du mot arabe signifiant «deux lits de rivières» (wadân). Les précisions selon lesquelles ces deux oueds seraient l’oued des dattes et l’oued des sciences sont tout à l’honneur de la cité.
    L'ancienne cité est mentionnée par écrit au milieu du XVème siècle dans un rapport de voyage portugais mais il reste difficile de se faire une idée précise des début de la cité malgré sa position sur l’axe occidental du trafic caravanier transsaharien.
    Wadâne est un centre urbain dense, de type ksourien, autrefois entouré d’une enceinte fortifiée très sûre qui résista à toutes les forces étrangères jusqu’à l’arrivée des Français.
    Les tribus dominantes sont les Kounta, les Ida ou El Hadj, les Chorfa, les Amgârîj et les Aghzazir.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge Escale de Chinguetti
Déjeuner: Bivouac saharien
Dîner: Auberge Zaida | Wadane
Hébergement: Auberge Zaida | Wadane
2h-70km
Hassi Akhmakou
13km
Aderg

Jour 4En direction du nord, la falaise de l'Adrâr, l'erg Makhteir et l'incelberg d'Aderg

Wadane - Hassi Akhmakou

  • Plein ouest, nous atteignons le plateau rocheux. Une piste nous permet maintenant d'approcher la bordure nord des falaises de l'Adrâr oriental.
    La faille de l'Akhmakou s'ouvre devant nous et par une belle piste nous descendons au fond de celle-ci. Nous roulons maintenant au fond de la gorge qui, peu à peu, s'évase. Des bouquets de palmiers, des groupes d'acacias et autres essences poussent de manière dense.
    Des sources d'eau secrètes, des affleurements de la nappe phréatique font de ces lieux un biotope très singulier.

Hassi Akhmakou - Aderg

  • Nous débouchons maintenant sur une large pénéplaine avec en toile de fond l'inselberg d'Aderg qui se dresse comme une proue de navire au dessus des vagues de dunes blanches d'Oum el Beidh.
    Le puits important d'Hassi Naïtiri est là, caché dans un repli de terrain.

  • Balade à pied possible de 2/3 heures de marche : A pied, au milieu des dunes, nous cheminons en direction du plateau isolé en bordure de l'erg Maghteïr.

    Par temps clair, du sommet de l'iselberg d'Aderg, le panorama est magnifique. Du sud-ouest au sud-est s’étalent la grande sebkha de Chemcham puis les hautes falaises de l’Adrâr, avec au sud, la large faille de l’Akhmakou.
    Puis, sur le reste du panoramique, les vagues de l’erg Maghteïr ondulent à perte de vue. Sous le vent, une vaste zone sans dune est dégagée, soulignée de petits rubans d’arbres où se blottissent les nomades de passage.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge Zaida | Wadane
Déjeuner: Bivouac saharien
Hébergement: Bivouac saharien
Hassi Naïtiri
2h 30m-90km
Dâr ech Cheikh Mohamed Fadel
6h-220km
In Tourine
3h-70km
Zouérat

Jour 5 - 6Plein nord au travers l'erg Makhteïr et la ville minière de Zouerat

Hassi Naïtiri - Dâr ech Cheikh Mohamed Fadel

  • Plein ouest, entre les hautes falaises de l'Adrâr et la bordure de l'erg Makhteir, nous roulons maintenant en direction de la grande sebkha de Chemchan.
    Rectiligne et blanc sur plus de 50 km, l'ambiance est extraordinaire. Nous filons sur ce lac solidifié pour atteindre une ancienne madrassa d'un Cheikh. Cet homme vénéré a été très influent dans le nord du pays.

Dâr ech Cheikh Mohamed Fadel - In Tourine

  • Nous nous dirigeons maintenant plein nord pour atteindre les premières dunes enchevêtrés qui bordent l'erg Makhteir. Une navigation hauturière s'impose pour franchir cette région sablonneuse. Puis, entre les dunes, le sol est à nu et permet une circulation beaucoup plus aisée.
    Nous débouchons au nord de l'erg Makhteir qui marque la fin de l'Adrâr. Nous rentrons maintenant dans l'immense région du Tiris Zemour.

In Tourine - Zouérat

  • Par une courte étape avec nos véhicules 4x4, nous atteignons la ville de Zouérat.

  • La ville minéralière de Zouérat
    Zouérat est proche de la frontière avec le Sahara occidental et c’est la capitale (wilaya) de la région Tiris Zemmour.
    C’est aussi la 3ème ville du pays. Zouérat reçoit le minerai de fer des mines des plateaux, dont celles de F'Derick, Tazadit et Rouessat.
    Elle est le point de départ de la ligne ferroviaire Zouerate-Nouadhibou qui sert à l'exportation du minerai de fer vers le port de Nouadhibou, puis par bateau vers les pays importateurs.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Bivouac saharien (5, 6)
Petit déjeuner: Lyezid | Zouerat (6)
Déjeuner: Bivouac saharien
Dîner: Bivouac saharien (5)
Dîner: Lyezid | Zouerat (5)
Hébergement: Bivouac saharien (5)
Hébergement: Lyezid | Zouerat (5)
Zouérat
30m-10km
Zouérat
4h-180km
Choum

Jour 7La ville minière de Zouérat et le plus grand train au monde

Zouérat - Zouérat

  • En début de journée, nous partons en direction d'une des plus grande mine de fer au monde. C'est une visite irréelle dans un environnement désertique.

Zouérat - Choum

  • Le départ du premier train minéralier a lieu à 14 heures. Nous embarquons dans l'unique wagon passager quotidien. Le trajet dure 4 heures jusqu'à la ville de Choum, le premier arrêt.
    Prendre place dans le train minéralier est une aventure en soi, nous voyageons comme les mauritaniens, avec eux. Les échanges sont rapidement amicaux et très intéressants.
    Ces trains hors du communs, dont la longueur peut atteindre 2,5 km, sont constitués de 3 ou 4 locomotives diesel-électrique de 200 à 210 wagons-trémies pour le minerai de fer, d'une charge utile de 84 tonnes, et d'un nombre variable de wagons de service.
    En général, au premier train quotidien sont attelés des voitures à voyageurs. Ces services quotidiens sont gérés par une filiale de la SNIM.

  • La ligne de chemin de fer entre Zouérate et Nouadhibou permet d’acheminer le minerai de fer extrait dans la Kediet ej-Jill vers le port de la capitale économique du pays, d’où il sera chargé sur des minéraliers à destination des pays industrialisés. Ce train du désert était considéré comme le plus long (220 wagons pour une longueur de 2 km), le plus lourd (22 000 tonnes, 100 tonnes par wagon), et le plus lent du monde (15 à 18 heures pour faire les 650 km entre Zouérate et Nouadhibou). Seul ce dernier point reste valable, car depuis quelques années, c’est un train australien qui est devenu le plus long et plus lourd du monde.

Choum
2h 30m-80km
Ben Amira

Jour 8Les monolithes de Ben Amira et Aïcha

Choum - Ben Amira

  • Nous traversons le gros bourg de Choum pour prendre la piste plein ouest. Nous longeons la frontière du Sahara occidental, ancien Sahara espagnol revendiqué par les Sahraouis.
    Les monolithes granitiques de Ben Amira et Aîcha dressent leurs dômes caractéristiques au dessus de la plaine sablonneuse.

  • Le monolith de Ben Amira est un des endroits les plus époustouflants de la Mauritanie. L’énorme masse de roche granitique s'élève à plus de 600m.
    Avec les dunes de sable qui l'entourent, il procure un excellent paysage saharien. Ben Amira est le plus grand monolithe en Afrique et le troisième plus grand au monde, après Uluru et le mont Augustus situés en Australie.

Ben Amira
Erg Amatlich

Jour 9L'erg Amatlich, des dunes à perte de vue

Ben Amira - Erg Amatlich

  • Après avoir laissé derrière nous les dômes granitiques monumentaux, nous plongeons plein sur dans les vastes plaines arides de la région de l'Amsaga.
    Ces étendues sont jalonnées de pyramides rocheuses noires. Nous roulons avec facilité pour atteindre la grande cuvette alluvionnaire de Yagref.
    Les falaises moirées de l'Adrâr se dessinent à l'horizon. Nous coupons l'axe routier principal qui relie Atar à Nouakchott, la capitale mauritanienne.
    Par une piste chaotique, nous contournons la pointe occidentale de l'Adrâr pour atteindre les magnifiques dunes de l'Amatlich.

  • La partie occidentale de l’Adrâr Mauritanien offre une très grande diversité de paysages.
    Le plateau est quadrillé par un dense réseau de failles d’origine tectonique où s’écoulent les oueds. Ici les ergs blonds viennent s’échouer contre les lames redressées de grès noirs. L’érosion a modelé les paysages au fil des millénaires.
    En fond de vallée, la douceur des palmeraies se singularise des abrupts et austères massifs montagneux. Dans de secrètes entailles sont enchâssées des gueltas aux eaux limpides.
    Les cultivateurs sédentaires, établis dans les palmeraies, poursuivent leur vie traditionnelle dans ce Sahara qui peut être généreux. Sur les plateaux environnants, les nomades en quête de pâturage pour leurs troupeaux rythment leur temps de longs déplacements saisonniers à la recherche des pluies salvatrices. Leurs tentes blanches ou brunes sont là, à l’abri des regards, dans les mouvements de terrain.
    Ici en Adrâr, la complémentarité entre ces deux nécessités de vie prend toute sa force. Nous traversons le territoire de la tribu des Oulad Sassi de la confédérations des Ideichily.

  • Randonnée possible entre les grandes dunes de l'Amatlich et le canyon d'Azouïga (2 à 3 heures de marche) :

    Nous longeons la bordure de l’erg et les lignes pures des dunes guident nos pas.
    Au nord se déploie, en alternance de couleurs, le liserai d’un vert intense des palmeraies puis une mosaïque de verts composée par différentes essences arborées comme les Acacias raddiana (Talha), Balanites aegyptiaca (Teichot), Boscia senegalensis (Eizine).

Erg Amatlich
2h-50km
Passe Tifoujar
30m-5km
Wad el Abiod (Vallée Blanche)
30m-8km
Toungad

Jour 10Entre falaises et sables, l'Adrâr des palmeraies et des dattes

Erg Amatlich - Passe Tifoujar

  • Nous longeons la base de l'erg Amatlich pour nous enfoncer dans le plateau de l'Adrâr. Une piste nous permet d'accéder sur le rebord d'une falaise qui domine l'oued El Abiod, une grande fracture tectonique aux sables blonds et aux multiples palmeraies.
    Par la superbe passe de Tifoujar nous atteignons le fond de la vallée. Le paysage est grandiose et le passage en voiture est spectaculaire.

Passe Tifoujar - Wad el Abiod (Vallée Blanche)

  • Randonnée possible sur la falaise de Tifoujar (1 heure environ facile) :
    Vous laissez les véhicules au sommet du couloir sablonneux qui descend vers l'Oued El Abiod. A pied, longez, sur 2,5 la bordure du plateau sur sa lèvre sud. Du sable d'abord, vous marchez dans la dernière partie sur des grès très fracturés.
    Sur de petits promontoires, vous dominez maintenant la grande faille tectonique de l'Oued El Abiod. Retour aux voitures.
    Il est aussi possible de descendre à pied la passe de Tifoujar. Les voitures vous retrouvent en bas, à la sortie du couloir de sable.

Wad el Abiod (Vallée Blanche) - Toungad

  • Nous mettons le cap sur la guelta de Toungad où il n'est pas rare de rencontrer quelques oiseaux migrateurs (cigogne blanche, héron cendré, différents rapaces, sahariens ou de passage) attirés par la très belle pièce d'eau.
    La gorge de Toungad nous emmène à une des plus importantes palmeraies de la région.

  • Randonnée possible dans la palmeraie et la guelta permanente de Toungad - 1 à 2 heures de marche facile :
    Après avoir laisser les voitures à l'entrée de la palmeraie, vous prenez les sentiers qui s'enfoncent sous les palmiers dattiers en prenant garde aux dards très dangereux des feuilles et surtout des tiges des palmes.
    Plein est, vous sortez peu à peu des palmiers pour atteindre la très belle guelta circulaire de Toungad. L'eau, ici, est permanente. Vous pouvez soit repartir par le plateau au sud en direction du village soit par le nord en direction de Chatô El Kbir.

Toungad
El Madden
Hnouk

Jour 11De la vallée Blanche aux gorges d'Hnouk

Toungad - El Madden

  • Par le sud, vous quittez Toungad en direction de Chatô es Srir que vous contourner par l'est. Sur ce chatô, au sommet, quelques belles peintures rupestres existent (girafes entres autres). Balade possible là aussi.
    Nous poursuivons dans la traces dans le fond du lit de l'oued.
    A l'est, un gros village est maintenant visible, Aoujeft, qui n'est d'autre que la préfecture de cette partie de l'Adrâr occidental. Y aller ou pas, c'est à vous de trancher. Il est possible d'acheter des produits frais et du pain.
    Cependant, maintenant, la route goudronnée reliant Atar à Tidjikja passe par Aoujeft.

  • Poursuivre les traces en direction de Maaden, gros village agricole supportant les projets de Mr Pierre Rabhi. La piste enjambe une crête noire délimitant la bordure ouest de la faille de l'oued El Abiod (la Vallée Blanche pour certains).
    A Maaden, il faut prendre le temps de visiter le village, les jardins et ne pas hésiter à monter sur les akles serrés à l'ouest du village.

El Madden - Hnouk

  • Un gros bouchon de sable nous attend à la sortie du village. Aklés et barkhanes s'enchevêtrent.
    En Mauritanie, nous avons beaucoup de mots qui qualifient les dunes, leurs formes et aussi leurs orientations.
    Nous roulons maintenant en direction de la bordure occidentale du plateau de l'Adrâr. Des palmeraies, des forets sahariennes avec de magnifiques arbres, de grandes dunes de placages animent les kilomètres. Partout, des gens, des cultivateurs, des nomades.
    La gorge d'Hnouk, la mâchoire, est propice à de belles escapades à pied. Vous aurez l'embarrât du choix.

Hnouk
Bou Aboun
1h-16km
Guelb Ajat

Jour 12Les contreforts de l'Adrâr, N'Beika, N'terguent, Bou Aboun et les gueltas de Zli

Hnouk - Bou Aboun

  • Par les sables, nous atteignons le gros village de N'Terguent. Une piste nous permet d'atteindre la gorge de Foum Tiguent.
    Nous remontons sur le plateau et un joli reg se développe jusqu'à la superbe cuvette de Bou Aboun.
    Au nord de Bou Aboun, les gueltas de Zli sont les belles pièces d'eau de l'Adrâr occidental.
    Nous sommes sur le territoire des nomades Ideichili !

  • Dans de petites vallées, de temps en temps, des puits temporaires sont creusés. Les nomades Ideichili ont pour habitude de s’établir dans ces zones de l’Adrâr au plus fort de la saison sèche. Le printemps approchant, ils reprennent souvent leurs migrations en direction du sud-ouest, vers les pâturages de Bou Nagâ ou de Timassoumit, à la rencontre de la mousson africaine.
    Les Oulad Sassi font partie de la confédération tribale des Ideichili. De tout temps les Ideichili ont joui d’une certaine autonomie par rapport aux tribus Hassan et à l’autorité amirale. Ils furent une source de contestation quasi permanente aux divers pouvoirs successifs. La pénétration française en Mauritanie fut un temps déstabilisée par la mort de X. Coppolani (chef de la mission de pacification en Mauritanie), tué à Tidjikja le 12 mai 1905 par une bande armée essentiellement constituée de gens de la tribu Ideichili.

Bou Aboun - Guelb Ajat

  • Nous laissons maintenant la cuvette de Bou Aboun pour poursuivre plein est. La piste passe au nord du très caractéristique Guelb Ajjat. Les dunes très enchevêtrées du nord de l'erg Tafoujert viennent buter contre cette montagne noire.

  • Randonnée possible dans les aklés de l'erg Taffoujert (1 heure de marche facile) :
    Suivant l'état de la piste, nous serons non loin des dunes qui viennent à l'assaut du piton rocheux. A pied, partez à la découverte de l'erg et si le temps le permet, approchez le Guelb Ajjat.

Guelb Ajat
1h-16km
Erg Taffoujert
1h-15km
Oued El Bhair
40km
Timinit

Jour 13Au nord de l'erg Tafoujert, Abteïli, El Beikh, Timinit

Guelb Ajat - Erg Taffoujert

  • Les grandes dunes de l’erg Taffoujert se développent quasiment jusqu’à la dépression naturelle de l’oued El Khatt, entre les plateaux de l’Adrâr occidental et du Tagant.
    En coupant les premières dunes de la partie septentrionale de l’erg, nous découvrons l’oued Tibounkrine. Cet oued magnifique dévoile son alignement d’arbres aux essences variées et s’enfonce dans l’erg blond.
    Lors des années prospères, de nombreux jardins s’échelonnent sur tout le sillon que décrit l’oued.

Erg Taffoujert - Oued El Bhair

  • Les grandes dunes de l’erg Taffoujert se développent quasiment jusqu’à la dépression naturelle de l’oued El Khatt, entre les plateaux de l’Adrâr occidental et du Tagant.
    En coupant les premières dunes de la partie septentrionale de l’erg, nous découvrons l’oued Tibounkrine. Cet oued magnifique dévoile son alignement d’arbres aux essences variées et s’enfonce dans l’erg blond.
    Lors des années prospères, de nombreux jardins s’échelonnent sur tout le sillon que décrit l’oued.

Oued El Bhair - Timinit

  • Au fond de cette vallée d'El Beikh, une piste nous permet de remonter sur le plateau. Elle rejoint la nouvelle route entre Adrâr et Tagant. Ce secteur est toujours en belle piste et non en goudron. Nous roulons en direction de la nouvelle fracture de l'oued Timinit.
    Un bouchon de dunes est enchâssé dans la gorge entre palmiers et villages.

Timinit
1h 30m-14km
El Berbera
3h-55km
Mhaireth
1h-30km
Tergit

Jour 14Le canyon d'El Berbera, l'oasis de Mhaïreth et Tergit

Timinit - El Berbera

  • Nous reprenons les véhicules pour terminer ce transfert à Timinit, dominé par une dune majestueuse, Zirat mint Laboudi.
    Nous arrivons en début de journée à la petite palmeraie d'El Berbera.
    Randonnée possible dans le canyon d'El Berbera :
    Une balade de 1h30 permet d'appréhender ce canyon secret.
    Enchâssé dans une fracture du plateau, ce milieu humide unique (petite cascade et mare permanentes) est d'une très grande biodiversité : roselières, oiseaux sédentaires ou migrateurs, amphibiens, mollusques, libellules et papillons.

El Berbera - Mhaireth

  • Nos véhicules 4X4 cheminent à travers le plateau rocheux. La progression est lente. Notre but ? Atteindre la plus grande palmeraie de l'Adrâr enchâssée dans sa gorge, Mhaireth.
    Nous passons le temps de la pause méridienne dans la palmeraie, à l'ombre et au frais.

Mhaireth - Tergit

  • La piste escalade le plateau puis, après quelques kilomètres, nous atteignons la route goudronnée. Cette axe routier permet de relier la région de l'Adrâr à la région du Tagant et sa capitale Tidjikja.
    Une jolie descente nous permet d'accéder à l'oasis de Tergit.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Bivouac saharien
Déjeuner: Bivouac saharien
Dîner: Auberge des Caravanes | Tergit
Hébergement: Auberge des Caravanes | Tergit
Tergit
45km
4h-3500km
Aéroport de Paris

Jour 15Retour à Atar puis envol pour Paris

Tergit - Atar

  • Nous prenons la belle route goudronnée qui nous ramène à la capitale de l'Adrâr.

Atar - Aéroport de Paris

  • Le vol affrété au départ d’Atar est prévu en début d'après-midi pour une arrivée à Paris en fin de journée.

Repas et hébergement
Petit déjeuner: Auberge des Caravanes | Tergit
Déjeuner: Auberge des Caravanes | Atar
durée 15 jours. Vol international non inclus.

à partir de 1220€ (par personne)

Difficulté:2/5
Confort:3/5
Contacter directement votre agence locale

Bonjour

Je suis Sylvain de "Détours Mauritanie". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 84