L'Adrar

En venant de l’ouest, après avoir franchi les regs infinis soulignés de ruban de sable de l’Inchiri, puis les massifs épars de l’Amsaga, l’Adrar se singularise par de hautes falaises abruptes qui s’étalent entre la Kediet ej Jill, au nord, jusqu’à la dépression du Khatt méridional, au sud, sur près de 600 km. La série de plateaux gréseux (grès quartziques) appartient à l’extrémité sud-ouest du bassin d’Arawane-Taoudeni. A l’est le plateau se perd sous les puissantes dunes de la Maghteir et du Wârane. Ces deux ergs immenses sont la continuité occidentaale de l’Erg Chech qui prend sa source aux confins sud-ouest du Grand Erg Occidental, en Algérie, et ils terminent leurs courses dans l’Océan Atlantique en ayant encore une fois changé de nom : l’Akchar et l’Amatlich. Ces ensembles dunaires font partie des grands massifs de dunes qui se développent en croissant sur toute la partie nord-ouest de l’Afrique saharienne.

La partie occidentale de l’Adrar est constituée de larges failles d’origine tectonique, entaillant les plateaux, empruntées par un important réseau hydrographique. De multiples palmeraies et villages sédentaires jalonnent les bordures d’oueds. La phéniciculture (palmiers-dattiers) et le maraîchage sont les principales activités des tribus maures vivant sur place. Le Sahara y est généreux. L’élevage de caprins est aussi très présent. Vivant sous tente sur les austères plateaux environnants, les nomades sont éleveurs de chameaux. La complémentarité entre les groupes nomades et les sédentaires prend ici toute sa force.

Les principales tribus que nous rencontrons sur la partie occidentale de l’Adrâr sont l’importante Oulad Gheilan, les Smacides, les Ideichili, les Chorfa et les Oulad Akchar.

Bonjour

Je suis Sylvain de "Détours Mauritanie". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 84